Environnement

Mise en valeur écologique des marais de Quimiac

Dans le cadre d’un Contrat Natura 2000 (2016-2020), la Commune de Mesquer a réhabilité des marais salants abandonnés de QUIMIAC en faveur de la biodiversité.

La Commune a mené cette opération en partenariat avec les propriétaires des salines de Quimiac et l’Association de Protection des Marais salants du Bassin du Mès.

Différents types d’opérations ont été réalisés (limitation des fourrés et du baccharis, remplacement d’ouvrages hydrauliques, création d’îlots) en faveur de l’Avocette élégante, une espèce d’intérêt européen. Les niveaux d’eau sont gérés par les paludiers afin d’offrir des conditions favorables à l’alimentation et la nidification de l’espèce.

Cette opération, d’un coût total de 161 108.42 € HT, est cofinancée – dans le cadre de Natura 2000 – par l’Union Européenne (FEDER) pour un montant de 70 132.04 €, l’Etat à hauteur de 66 843.38 € et la Commune de Mesquer.

Les marais de Breugny ont également été réhabilités.


 Le site des Marais du Rostu s’étend sur 126 hectares

Le site du Rostu constitue, par sa très grande richesse faunistique et floristique, un patrimoine naturel remarquable, d’où son classement en site Natura 2000. Cette vaste zone humide renferme une mosaïque de milieux, favorisant la présence d’une avifaune variée (avocette élégante, aigrette garzette, sterne pierregarin, échasse blanche…).

Respecter ces marais nécessite l’implication de tous, notamment le respect de la règlementation en place. En effet, l’ensemble du site naturel des marais de Rostu n’est pas accessible :

Carte des accès aux marais de Rostu

Pour toutes ses raisons, est engagé depuis 2013 un programme de travaux de gestion du site naturel. Améliorer les conditions de découverte du site et de ses richesses par le public fait partie des objectifs de ce programme, d’où la mise en place d’un observatoire ornithologique.

Sur le chemin de randonnée menant au Rostu, l’ouvrage, composé de bois naturel d’origine française et non traité, permet de bénéficier d’un point de vue vers la mer, les parcs ostréicoles et les marais et d’observer les principales espèces qui y vivent.

D’un coût global de 45 150 €, cet observatoire a été financé par Cap Atlantique pour un montant de 28 650 € (dont 45 % du Conservatoire du Littoral) et 16 500 € par la Commune.


Lutte commune contre le Baccharis, à Mesquer

La Commune poursuit son action de lutte contre les espèces végétales envahissantes comme le Baccharis. Les efforts conjugués de la Commune et de la Direction Environnement de Cap Atlantique, les interventions ponctuelles de l’association Les Amis des Sites ont permis de diminuer de près de 50 % en 6 ans la présence du baccharis dans nos marais salants : de 35.3 ha en 2012, nous sommes passés à 18.1 ha de baccharis.

C’est ce que révèle la cartographie de l’étude menée cette année par Eloïse TRIGODET, stagiaire à la Direction Environnement de Cap.

Le pâturage des talus de marais par les moutons et le débroussaillage manuel reste également la meilleure façon de ne pas laisser le milieu naturel se refermer et ainsi, nuire au maintien de la biodiversité et aux activités humaines traditionnelles.

Reportage France 3 Pays de la Loire 26-07-2016

L’association Les Amis des Sites participe à la lutte contre la prolifération du baccharis


Éco-pâturage

Eco-pâturage sur les marais salants de Mesquer

Pour comprendre l’éco-pâturage, des visites sont programmées par les Amis des Sites